Stop aux mises à la rue de mineurs!

Stop aux mises à la rue de mineurs!

2018-08-27T18:04:02+00:0027 août 2018|Catégories : À LA UNE|

Profitant de l’été, et même s’ils sont capables de le faire aussi au cœur de l’hiver, le préfet du Finistère, la substitut du procureur de Quimper et les services départementaux d’aide à l’enfance, tous complices, ont à nouveau sévi en jetant à la rue une vingtaine de jeunes mineurs isolés. Si les associations du sud Finistère, et notamment « Le Temps Partagé », avaient su  absorber la vingtaines de jeunes sans abri sortis des dispositifs depuis décembre, elles ne sont plus aujourd’hui en mesure de le faire, et des jeunes se retrouvent cette fois à la rue pour de bon.

C’est pour cela que l’association Le Temps Partagé à organisé depuis lundi 20 août des pique-niques solidaires place Saint Corentin à quimper, dans l’espoir de sensibiliser la population à défaut des pouvoir publics. S’il s’agit ici de revendiquer haut et fort un accueil digne de ce nom et un respect minimum de la loi, c’est aussi et surtout de trouver des solutions concrètes d’hébergement et de prise en charge par des citoyens solidaires et bénévoles.Samedi 25, nous étions une centaine.

La super vidéo de Julien. Grand merci à toi.

Les tentes symboliquement plantées devant la cathédrale le 20 août.

Rendez-vous, pour le moment, lundi 27, mardi 28 et mercredi 29, à 18h, Place saint Corentin, avec un petit plat à partager, pour soutenir l’action.

Des courriers (plus bas) ont étés envoyés au procureur, pour demander le respect de la loi, à l’Inspection Académique, qui refuse ou accepte (rarement) arbitrairement les inscriptions, même des moins de 16 ans, et aux maires des communes de l’agglomération quimpéroise, pour demander une solution provisoire d’hébergement.

L’association demande plusieurs types d’aide :

  • Loger et nourrir des jeunes entre 15 et 18 ans.
  • Proposer des heures d’enseignement du français et/ou des mathématiques.
  • s’occuper des démarches administratives afin de prouver la minorité des jeunes (parfois refaire simplement des papiers confisqués par la préfecture de manière arbitraire alors qu’ils sont vrais)
  • Prospecter les établissements scolaires pour trouver des places à ces jeunes qui sont venus en France pour aller à l’école et qui attendent jusqu’à 8 ou 9 mois dans un hôtel, à ne rien faire, faute de gestion.

Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur le site letempspartage.net/   ou la page facebook

ou envoyer un mail directement pour proposer votre aide letempspartage@laposte.net

L’article du télégramme :

2018 08 25 article télégramme mna

L’article du Ouest France

Les courriers:

lettre demande de scolarisation - de 16 ans
courrier maire aout 18